Libres en regards

« Je crois aux interstices, les parties de peau entre deux tissus (…) C’est l’attente qui est magnifique », André Breton

Le corps est le dernier territoire quand on n’a plus rien

L’individu transpire toujours dans son mouvement

Il a sa danse

Quand on voit de très loin quelqu’un marcher dans la rue, ne le reconnaît on pas ?