Condamnés à rejoindre le continent noir

Nous cherchons des ciels plus grands, des mémoires sans âge, des espaces d’accueil absolu, la mort sans mourir, un réseau arachnéen entre soi et soi, soi et l’autre, des passerelles invisibles et pourtant tangentes

Nous marchons, toujours, à l’envers, pour comprendre la grammaire du monde